Objectifs de la kinésiologie

La kinésiologie est une approche globale aux principes simples et aux résultats indiscutables démontrés dès les premières heures de formation. C’est la kinésiologie éducative.

  • des manoeuvres réflexes renforcent les muscles,
  • l’équilibration générale rétablie, le mal-être disparaît ou diminue,
  • le non-verrouillage musculaire démontre un déséquilibre auquel correspond un mal-être physique ou moral:


On pourrait se satisfaire de ce résultat mais l’objectif de la kinésiologie est au-delà.

Le kinésiologue est avant tout un pédagogue stimulant les forces vives de son consultant. Chez celui-ci s’éveille le désir de bénéficier de toutes ses potentialités. Il découvre souvent ses compétences à améliorer lui-même la qualité de sa vie. Celle-ci dépend en grande partie de la santé que nous définissons par un « haut niveau de bien-être », accompagné d’une immunité augmentée.

On peut schématiser de la façon suivante : de – 2 à + 2 l’évolution de la maladie vers la santé.

La normalité (0) est entre les troubles fonctionnels (-1) et la recherche de qualité (+1).
On y inclut les petits maux non étiquetés par un diagnostic médical et réputés sans danger, bien qu’ils soient le signe de la présence d’agents stresseurs affaiblissant le terrain et préparant les troubles fonctionnels précédant la maladie.

Le domaine d’intervention de la kinésiologie se situe entre cette normalité (0) et le haut niveau de bien-être (+2). Il commence là où se limite le domaine de la médecine.

Dans une attitude mentale diamétralement opposée à une demande de prise en charge, le consultant devient un partenaire participant à sa propre guérison. Il reste le maître d’oeuvre de son amélioration et de sa transformation. Celle-ci peut concerner sa santé physique ou n’importe quel aspect de sa personnalité.

En même temps alternative de santé pour les petits maux et voie d’évolution, la kinésiologie facilite l’auto responsabilisation d’un public conscient que :

le kinésiologue ne fait qu’accompagner la personne dans la découverte de sa compétence à construire elle-même son propre bonheur ;

  • la médecine officielle traitant les pathologies est irremplaçable et sa pratique nécessite des études de médecine officielle ;
  • la banalisation de sa consommation peut être nocive (maladies iatrogènes) ;
  • le trouble fonctionnel est un mode d’expression d’un mal-être intérieur ;
  • les dysharmonies non pathologiques ne relèvent pas exclusivement de l’intervention du corps médical ;
  • chacun porte peut-être en soi le désir de guérir l’autre, dans le sens large du terme, mais une formation sérieuse est nécessaire avant de professer une relation d’aide ;
  • la véritable santé n’est pas le silence des organes, mais un état de créativité, de joie de vivre et d’épanouissement.

Corps et psyché sont comparables aux côtés face et pile d’une pièce de monnaie, la tranche représentant l’énergie qui relie l’ensemble. Si une pièce est voilée, il est difficile de la redresser en agissant sur un seul côté.
C’est pourtant ce que les thérapeutes manuels essayent de faire lorsqu’ils négligent les aspects psycho-émotionnels. Il en est de même pour les psychologues négligeant l’approche corporelle.

La kinésiologie est une approche corporelle qui prend en compte l’aspect psycho-émotionnel.
Les indications de la kinésiologie sont nombreuses. Pourtant, vous ne trouverez aucun lexique thérapeutique parce qu’il s’agit de traiter la cause d’un trouble en fonction de la personne et non en fonction d’un diagnostic. Remonter à la cause d’un trouble sous-entend remonter au stress qui a été oublié mais dont la trace est prise en compte par la programmation de la personne.
Cette programmation conditionne tous les comportements physiques et émotionnels. La souffrance est l’un de ces comportements et sa disparition, à ne pas confondre avec son déplacement, est possible.

La kinésiologie utilise pour cela des techniques qui peuvent surprendre par leur simplicité, mais dont l’efficacité s’explique par la précision apportée aux modalités d’application par les tests musculaires.
Outils d’une grande précision, ceux-ci guident le praticien à chaque instant de la consultation, lui permettant de remonter en sens inverse le processus psychosomatique jusqu’à son origine, à la façon du petit Poucet revenant à son point de départ.

Lorsque la cause est trouvée, sans pour cela être forcément identifiée avec précision, les corrections de nature énergétique ou psycho-émotionnelle mobilisent les forces vives du corps et de l’esprit et les organisent en synergie au service du bien-être de la personne.